Enquête Publique sur le projet de SCOT Sud Gironde

Liste des observations
N° 8 : 15 novembre 2019 - 15:46
Auteur : Annie Yacoubovitch
Son avis : Favorable
N’habitez pas notre Territoire magnifique auquel nous tenons tant .Merci d’avoir une réflexion territoriale et éthique
N° 7 : 13 novembre 2019 - 21:19
Auteur : anonyme
Son avis : Défavorable
Exploitez le sol dans des zones non habitées ou exploitez le lit de la Garonne.
Les fleuves et rivières ne sont plus entretenus, développez la technologie qui permet d exploiter les matières 1ere voulues en fond de rivière.
1 pierre deux coups, exploitation bénéfique pour tout le monde et pour la nature.
N° 6 : 13 novembre 2019 - 21:10
Auteur : anonyme
Son avis : Défavorable
Danger des exploitations massives.
À l heure des économies d énergie, de la sauvegarde des ressources, une carrière pour encore extraire des matières premières serait une honte pour notre planète.
Sans compter sur l écosystème qui serait impacté irrémédiablement, laissons la campagne aux paysans, aux ruraux qui aiment et préservent nos vies campagnardes et sauvegardent notre terroir.
N° 5 : 13 novembre 2019 - 20:46
Auteur : Renaud Subra
Organisation : Les Garonnais Liquidés
Son avis : Défavorable
Bonjour, je vous joins le point de vue de l'association de défense de la plaine de Garonne qui s'est constituée à l'annonce du projet de gravière de l'entreprise Lafarge sur les communes de Bourdelles et Mongauzy. Nos arguments y sont rassemblés : nous refusons la possibilité de la création (ou déplacement) d'une gravière sur cette zone. N'hésitez pas à revenir vers moi pour tout complément. Cordialement, Renaud SUBRA
N° 4 : 8 novembre 2019 - 10:16
Auteur : JEAN CLAUDE MORIN
Organisation : COMMUNE
Son avis : Ne se prononce pas
Est ce que a DDTM peut imposer au PLUI des règles plus restrictives que ce qui est mentionné au SCOT ?
N° 3 : 6 novembre 2019 - 22:26
Auteur : Marie-Noëlle RAUFASTE
Son avis : Ne se prononce pas
En ce qui concerne la sauvegarde des terres cultivables, il me semble nécessaire de préserver un périmètre de 150 mètres entre les terres agricoles et les propriétés bâties existantes afin de les protéger des pesticides, accueillir la biodiversité.

A l'heure actuelle, ces propriétés vont subir une moins valu liée à la proximité avec des champs gavés de pesticides car la dangerosité de ces produits n'est plus un secret !
N° 2 : 6 novembre 2019 - 14:59
Auteur : anonyme
Son avis : Défavorable
Bonjour,
Je suis allé demander des précisions après consultation des documents à la mairie . Cela n’a fait que confirmer ce que je pressentais.
L’ensemble du territoire couvert par ce schéma est par trop disparate pour que les propositions avancées puissent être applicables.
De plus l extrême Sud Gironde Est ne semble pas pouvoir bénéficier des préconisations présentées (pas de pôle suffisamment proche, pas de système de transport public réel -uniquement à la demande- ...).
Enfin, la suppression des zones de regenerescence naturelle serait supprimée si elles sont situées entre deux bâtiments si cela peut permettre la construction d’une piscine et le plan porte le nom de développement durable ? Pour ma part cela est une contradiction.
N° 1 : 4 novembre 2019 - 14:30
Auteur : Pierre THIERCEAULT
Son avis : Ne se prononce pas
Ceci est un test de fonctionnement